Ouvrir la recherche
Actualité

Des repas chauds pour les personnes sans-abri à l’Hôtel de Ville

Mise à jour le 11/12/2020
L'association la Chorba et la Ville de Paris collaborent cet hiver pour servir 200 repas chauds, chaque soir, à la cantine de l'Hôtel de Ville (4e). De quoi permettre aux personnes précaires ou sans-abri de prendre le temps de manger un repas équilibré et de se réchauffer.
Le jour, les agents de la Ville déjeunent à la cantine de la place de l’Hôtel de Ville. Mais lorsque la nuit tombe, les salles habituellement fermées s’ouvrent à un public différent : des personnes précaires qui viennent y prendre un repas chaud.
Un sac sur le dos, un cabas à la main, les usagers doivent d’abord attendre l’aval des deux médiateurs chargés de la sécurité avant de pouvoir entrer. À l’accueil, ils sont reçus individuellement par Didier et Nezha qui vérifient la validité de leur ticket repas et les orientent ensuite vers les plateaux.

Des repas variés et équilibrés

Au menu ce soir, c'est couscous. « Hier, un homme pensait trouver de la chorba, une soupe du Maghreb, s'amuse Nezha, mais c'est simplement le nom de notre association. » Car c'est de ce plat traditionnel et populaire que l’association en charge du dispositif tire son nom. Tout un symbole pour la structure qui coordonne la préparation des 200 repas chauds servis les soirs du lundi au vendredi.
« C’est incroyable de pouvoir recevoir le public dans ces conditions. Prendre son temps pour manger, se réchauffer, c’est très précieux en hiver », explique Usman Ishaq, directeur adjoint de la Chorba. Le premier soir, 20 personnes ont pu bénéficier d’un repas chaud. Le lendemain, elles étaient 40. « La montée en puissance est progressive, l’information est encore en train de circuler. Cela nous laisse le temps de nous roder, même si nous avons l’habitude de gérer l’afflux de personnes. »

Sur présentation d'un ticket-repas ou en accès limité

Didier et Nezha le confirment, eux qui d’habitude distribuent jusqu’à 1300 repas chauds à la porte de la Villette (19e). À la cantine de l’Hôtel de Ville, les conditions d’accueil sont différentes : les bénéficiaires doivent avoir un ticket-repas obtenu auprès d’une association, une maraude ou du Centre d’action sociale de la Ville de Paris (CASVP). Ils peuvent aussi se présenter directement à la cantine, mais la Chorba ne pourra pas accueillir un nombre illimité de personnes.
Une fois leur plateau bien rempli, les bénéficiaires dînent dans l’une des salles de restauration. La distanciation physique est de rigueur, ce qui n’empêche pas ceux qui le veulent de discuter pendant leur repas. D’autres profitent du calme de la salle pour manger tranquillement et se reposer. Parmi eux, quelques femmes venant de la halte de l’Hôtel de Ville, de l’autre côté de la place.

Les associations mobilisées

Pour que l’accueil des personnes bénéficiaires se passe bien, quinze bénévoles se relaient chaque jour. Thomas est venu prêter main forte « pour aider un peu, parce que l’hiver est dur ». Si la Chorba recense environ 150 bénévoles, elle peut aussi compter sur l'implication de membres d'autres associations, comme Pierre, bénévole de la Cloche, qui viendrait deux à trois soirs par semaine.
"Nous sommes heureux de travailler avec la Chorba car nous partageons leurs valeurs de bienveillance et d'accueil inconditionnel de chacun."

Marie Girard
Directrice de l'association Ernest
En cuisine, la coopération est aussi à l'œuvre. Ernest élabore ainsi les entrées tous les jours et un plat chaud une fois par semaine. Olivia, qui travaille en temps normal dans la restauration, vient tout juste de s'engager avec Ernest et sert des assiettes pour la première fois. Elle est accompagnée de Marie, directrice de l'association, qui a retroussé ses manches pour assurer le service à ses côtés.
D'autres associations devraient également s'associer à la Chorba pour cuisiner une ou plusieurs fois par semaine. Pour l'instant, les plats sont préparés dans les cuisines des associations et sont acheminés vers la cantine.
Les repas chauds seront distribués à 200 personnes jusqu'au 31 mars 2021, fin de la trêve hivernale.
La Chorba, en lutte contre la faim depuis 1998
L'association est née à l'hiver 1997-1998. Depuis, elle distribue des repas chauds et des colis alimentaires à celles et ceux qui en ont besoin. Bienveillance, ouverture et solidarité sont les maîtres-mots de l'organisation. De l'aide d'urgence à l'insertion sociale et professionnelle, la Chorba aide les personnes précaires selon leurs besoins. Aujourd'hui, l'association fonctionne avec 150 bénévoles et une quarantaine de salariés.
En savoir plus sur la Chorba